Irons, Irons pas à Lisbonne…

Enfin… Tout l’été, nous avons subi le balai des juilletistes et des aoûtiens, alors notre moment vient d’arriver ! Bon ok… Nous ne partons pas en vacances, mais en weekend de trois jours sous le soleil de Lisbonne !!! Pardon? Il ne faut pas compter sur ce dernier ? Lisbonne va subir pendant ces trois prochains jours le reste d’une tempête tropicale ? C’est pas grave, je pense que rien ne pourra altérer notre bonne humeur et notre envie de changer d’air! Et pourtant le destin a bien tenté de jouer avec nos nerfs…

Remontons quelques jours plus tôt avant d’entreprendre la suite de notre “périple” (n’ayons pas peur des mots, mais ce matin au premier réveil portugais je vois les premiers instants de notre escapade comme un véritable challenge !). Nous voilà en train d’acheter nos billets d’avion pour nos prochaines vacances (en décembre !!!) et comme le passeport d’Azz est périmé je lui propose qu’il profite de cette semaine pour le refaire, histoire qu’on ne soit pas dans les choux. C’est là que nous en profitons pour rassembler nos papiers d’identité pour notre weekend.

– Azz… Ta carte d’identité est périmée depuis le 26 juillet 2015!!!!

– Ben ouais mais tu m’avais dit qu’elle ne l’était pas vraiment et prolongée jusqu’en 2020…

– euh… Mince il s’en souvient, je ne peux pas dire que c’est de sa faute !

Pour information, le 1er janvier 2014, la durée de validité de la carte nationale d’identité est passée de 10 à 15 ans. Si votre carte n’était pas périmée à cette date, alors elle est automatiquement prolongée de 5 ans !

Passeport

Branle-bas de combat… Et la grosse question qui découle de cet instant : peut-on prendre l’avion en Europe avec une carte d’identité périmée… Au début de cette tentative de réponse à cette question, nous sommes cool ! Bah si la France dit que ma carte n’est pas périmée ben elle n’est pas périmée et ça le fera… Pendant ces derniers jours qui nous séparent du départ, je tenterai de me rassurer en demandant autour de moi et même à mes expertes grel… La réponse est la même pour tous, c’est mort ma petite Delphine, vous êtes vraiment des branquignols (raisonne une petite voix dans ma tête…). J’appelle la compagnie aérienne, la préfecture du Rhône. En plus d’entendre des nanas super désagréables, j’entends toujours la même réponse… On décide de tenter le tout pour le tout, nous n’avons rien à perdre… Le matin de notre départ, je pars en déplacement avec Greg un sous-traitant et lui expose mon cas (oui je suis toujours super bavarde et parle avec tout le monde de ma petite vie !). Lui me donne une version bien différente des autres : j’ai une carte périmée et je reviens d’Allemagne et de Suisse… T’inquiète pas ça va le faire! Je ne m’inquiète pas, et mise tout sur cet espoir…

Vadrouille15:30, je m’échappe discrètement de mon bureau en me planquant dans les bureaux de collègue et en attendant qu’un de mes collègues aille me chercher ma voiture, garée juste en dessous de la fenêtre du patron (je termine à 16h30 normalement) ! Merci à lui ! J’appelle Azz qui file chercher Liza. A la maison je rassemble les derniers papiers et planque tout dans la valise… Puis nous voilà dans la voiture… Azz me demande où nous allons, car nous avons réservé un parking à l’extérieur de l’aéroport (merci Mylène!!!)… Euh impossible de retrouver le papier avec les indications. Je pique le téléphone d’Azz (la vitre du mien est brisée en mille morceaux) et fais une recherche… Pas de 4 ou de 3 G. Je prends mon mal en patience en voyant s’afficher le mail de réservation qui ne donne pas l’adresse… Joie! Je trouverai finalement les coordonnées GPS sur leur site, vachement plus rapide. Bref nous y voilà! Nous déposons la voiture, récupérons nos bagages et filons en navette vers le terminal 1.

Mon palpitant commence à s’affoler… C’est la première étape de notre supercherie : voyageons en Europe sans papier d’identité… J’avais prévu ne peu le coup en effectuant l’enregistrement dans la journée sur internet. Nous passons donc le contrôle des bagages… Ils nous demandent uniquement nos boarding pass. Ok, on planque nos pièces d’identité… Et nous voilà à attendre notre avion ! Youpi, Première Victoire ! Mais calmons nous, on peut encore se faire refouler en montant dans l’avion. En l’attendant, Liza fait la course avec son papa, fait de l’équilibre sur les rambardes près des vitres et des galipettes sur les chaises et sur le sol et observe les avions ! Le temps passe vite et on ne se rend même pas compte que l’heure du décollage de notre avion est largement dépassée ! Un monsieur me dira que notre avion a plus d’une heure de retard… Super ! Nous devions arriver à notre hébergement à 20 heures pour ne pas payer de supplément… Tant pis !

Ça y est l’avion et là et nous grimpons dedans sans que rien nous demandé ! Un petit coup de stress quand un agent steward demande à notre voisin s’il a été contrôlé et s’il peut présenter sa pièce d’identité… Ouf, nous décollons enfin ! Plus qu’une étape, l’arrivée et le contrôle à Lisbonne… Celui-ci se passera très bien, car après avoir traversé tout l’aéroport, nous sortions de l’aéroport sans le moindre contrôle… Youpi le weekend peut enfin commencer !!!

Nous rejoignons la file des taxis… Il y a énormément de monde… Du coup, patients que nous sommes, nous optons pour le métro. Nos hôtes Airbnb nous ont donné un plan vraiment très détaillé pour rejoindre notre hébergement… Deux métros plus tard, quinze minutes de tirage de valise dans les grimpettes de Lisbonne (mais pourquoi ai-je pris cette satanée valise… Pas pratique pour un sou, grande pensée à celles qui se reconnaîtront !) pour rejoindre le numéro 22 ! Nous appelons notre contact, dure la communication téléphonique en anglais avec un bel accent portugais… Bref on n’y comprend rien. Le mec me dit qu’il nous attend au 22, nous y sommes mais il ne nous voit pas… Youhou coco !!! Les trois morts de faim et de fatigue qui patientent au pied de l’immeuble, c’est nous ! Ouvre nous !!! Pas de chance, on finit par comprendre qu’il nous attend dans un autre quartier, dans un autre appartement… Et oui, ils en louent pas mal, et se sont trompés en nous envoyant le plan : ce n’est pas le bon ! Il vient nous chercher et en a pour 30 minutes… En attendant, nous papotons avec les français qui louent via nos hôtes un appartement… Très sympas, ils nous donnent des bons plans et restent avec nous jusqu’à ce que le dénommé Jorge fasse son apparition…

Après toutes les excuses du monde et un tour dans la ville en voiture commenté par Jorge, nous arrivons dans le quartier de l’Alfama où nous avions finalement réservé… L’appartement est très sympa, et nous sommes contents d’y être enfin! Nous mettons Liza en pyjama et au lit, pendant que des pâtes cuisent dans la casserole. Rapidement nous nous mettons au lit, assez fatigués de ce trajet et surtout de cette arrivée !!

lisboa-pancarteLa terre promise !

3 réflexions sur « Irons, Irons pas à Lisbonne… »

  1. Vous avez bien fait d’y aller au culot ! J’aurais fait pareil ! Qui ne tente rien n’a rien comme on dit !
    C’est un plaisir de te lire ma Dédé, j’adore ta plume !
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *